• L'affaire du lapin au chocolat

    L'affaire du lapin au chocolatJ'ai vécu une alerte historique au lapin. Le lapin, c'est l'animal sacré de la maison, l'immanquable peluche, le mot le plus compris par le glumeau, le consolateur après les bosses, l'irremplaçable doudou.

    Le lapin nage parfois dans le bain avec le glumeau. Il devient tout mouillé et tout froid.

    Le lapin ne sort pas de la maison, car il y a des chasseurs dehors, les lapins ne doivent pas traîner dans la rue ni tomber dans le caniveau. Very very dangerous.

    Mais le lapin a 2 frères jumeaux. Un planqué à la maison en cas de lavage du lapin qui a fait un tour dans le bain. L'autre dans le casier de la crèche, à qui on dit bonjour tous les matins et au-revoir tous les soirs. L'un est plus usé que l'autre.

    Le lapin dort depuis 450 nuits avec le glumeau. Ils n'ont jamais été séparés.

    Le lapin n'a pas le droit de dîner avec le glumeau, car les lapins ne mangent que de l'herbe, et se salissent très vite en mangeant de la bolognaise. Le glumeau hésite souvent entre ses 2 amours, la bouffe et le lapin. Elle se contient le temps de dîner, puis file faire un câlin au lapin.

    Hier soir, le glumeau finissait un bout de gâteau au chocolat avant de filer dans le bain. Elle a choppé le lapin par le col, elle lui a déposé des bisoux baveux sur le ventre. Le drame a eu lieu sans même qu'on s'en rende compte.

    Le glumeau prit son bain, fut savonné, arrosé, éclaboussé, séché. Le crèmage était en cours quand le glumeau hurla. Le crèmage est un des moments pas cool de la vie du glumeau chez moi. Donc je lui donnais le lapin.

    ENFER ET DAMNATION.

    Le glumeau repoussa le lapin d'un air dégoûté, me désignant du doigt le drame.

    Le lapin avait des taches de chocolat sur le ventre. De battre mon coeur s'est arrêté.

    L'affaire du lapin au chocolat

    Chaque essai de réconciliation lapin-glumeau se solda par un échec. Le lapin fut échangé avec son frère jumeau (sans tâche mais qui pue suite à un récent trempage dans le bain). Le frère jumeau fut écarté, jeté à terre, sans un regard.

    Le glumeau continuait à manifester son mécontentement, aggravé de cette invasion soudaine de lapins qui n'étaient pas plus les lapins chéris.

    La mère du glumeau paniqua. Je vis soudain la nuit blanche, la névrose causée par le rejet du lapin, l'impuissance parentale, l'inflexibilité de ma fille. Ma vie était foutue.

    Plusieurs autres essais furent tentés, lapin accompagné d'une autre peluche, lapin avec tâches cachées par la main maternelle, lapin jumeau encore.

    Echecs. Le lapin continuait sa quarantaine.

    Arrive l'heure du coucher, je tentais le tout pour le tout. J'ai lavé les taches de chocolat sur le ventre du lapin, devant ma fille. Je lui ai expliqué que j'étais en train de réparer le lapin. Je l'ai ensuite posé par terre en lui disant que le lapin était là pour elle si elle voulait.

    Elle est allée le chercher et lui a fait un câlin.

    Je comprends rien à ma gosse... mais VICTOIRE !!!

     

     

    « Top 10 des autruches (2/2)La fessée - ma profession de foi »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :