• Ton môme se réveille la nuit ?

    Bébé pleure

    Il s'est fait attendre cet article, Monique. Mais j'ai vraiment essayé de te poster un article fouillé et réfléchi, alors j'espère que tu me pardonneras.

    Il y a 2 semaines, j'ai lu un article dans le Huffington post qui m'a scandalisé et je ne suis pas la seule (voir et ). En gros, l'article recommande de laisser pleurer les bébés la nuit pour qu'ils apprennent à s'endormir. Ca, c'est la caricature, mais il n'y a pas que le Huff Post qui a titré ET résumé l'étude de manière provocatrice.

    Ma première réaction est bien sûr provocatrice aussi : "OK, donc conseils aux parents : quand ton môme de 4 mois se réveille parce qu'il a le nez bouché, attends 20mn avant d'aller voir ce qu'il a. Ca lui formera le caractère". Tu peux aussi traduire ça par "Si ton galopin de 2 ans fait un cauchemar, laisse le se démerder tout seul avec le monstre sous le lit". Comme si toi tu réveillais pas ton mec quand un zombie t'a foutu les jetons dans ton sommeil. T'as été mal élevée si tu veux mon avis. Il devrait te battre.

    On peut continuer longtemps comme ça.

    Histoire d'être un peu crédible sur le sujet, je me suis farcie les 46 pages imbuvables de l'étude, en anglais s'il te plaît. En très résumé, voilà :

    - L'étude a été faite sur plus de 1000 bébés aux USA, suivis de 1 à 36 mois. Des questionnaires ont été envoyés aux mères à des étapes bien précises : 1 mois, 6 mois, 15 mois, etc;

    - L'étude a essayé d'isoler des facteurs qui pouvaient conduire un enfant à plus se réveiller la nuit qu'un autre;

    - L'étude est basée sur un modèle statistique qui a divisé les enfants étudiés en 2 groupes, les "bon dormeurs" et les "mauvais dormeurs".

    Jusque là, tout va bien.

    En détail, l'étude se contredit à plusieurs reprises, ce qui me semble inadmissible dans une étude scientifique et psychologique de cet ampleur reprise dans une revue spécialisée ?!

    Regarde par toi-même !

    "Gender does not appear to play a consistent role in sleep problems."

    Mais nous avons :

    Children in the Becoming Sleepers group were more likely to be male...

    Allez, une autre :

    "it is not clear that maternal sensitivity (as typically measured) reduces sleep problems."

    Et ailleurs :

    "Mothers who are more sensitive may have children with more awakenings because they respond more quickly to their children’s awakenings, and their children fail to learn self-soothing."

    C'est légèrement flou, mon bon docteur. Désolée.

     

    Ce qui m'agace VRAIMENT, c'est la culpabilisation qui s'ensuit (sur bases floues) :

    En gros, si ton enfant se réveille un peu trop la nuit, c'est de ta faute. n'essaye pas d'y échapper, regarde :

    - Tu allaites ?

    - Tu as été déprimée ou tu l'es encore ?

    - Tu n'as pas de conjoint qui peut s'occuper de l'enfant?

    - Tu gardes ton enfant à la maison ?

    - Pire que tout, tu es sensible aux pleurs de ton enfant ?

     

    Ton môme se réveille la nuit ?

    Dans ta gueule. Si t'es cernée le matin, c'est ton problème.

    Notons au passage que la mère est toujours citée, mais pas le père. C'est la mère qui s'occupe de l'enfant, qui se lève la nuit et qui s'en occupe trop vite. C'est la mère qui empêche l'enfant d'apprendre à s'endormir seul. A cause de sa sensibilité aux pleurs...

    Lorsque le père est cité, c'est pour approuver le fait qu'il mette plus de limites aux pleurs de nuits et qu'il cadre l'enfant. Lorsque une autre personne garde l'enfant à la place de la mère, de même. Ils lui apprennent à mieux s'endormir.

    Excusez-moi d'être grossière, mais BORDEL c'est complètement sexiste et à côté de la plaque !!!

    Et tiens, pourquoi le fait d'être (trop) sensible aux pleurs de son enfant te rend intrusive? Je ne vois pas les choses de la même manière... C'est ce que FAIT le parent qui est important. Si tu es (trop) sensible, est-ce que tu ne sais pas justement exactement à quel moment il faut intervenir ou pas la nuit ? Parce que tu es sensible, tu vas savoir à quel moment il faut le laisser chouiner et à quel moment il a le cul en feu, une dent qui perce, et qu'il a besoin de doliprane, non ?

    Et la dernière qui me met en rogne... l'effet de l'allaitement.

    Qu'un bébé se réveille plus ou plus longtemps la nuit entre 1 et 4 mois, parce qu'il est allaité, je suis (presque) neutre sur ce sujet. Disons que je n'en sais rien. Peut-être. Pas ma fille en tout cas. Elle était en allaitement mixte, un coup un biberon de lait maternel (tu as bien lu, un biberon mais de mon lait), l'autre un biberon de lait artificiel, et je n'ai jamais vu la moindre différence entre les nuits "allaitement" et les nuits "lait artificiel".

    Mais dans cette étude, on parle surtout de bébés de 6 à 36 mois. Concernant les effets de l'allaitement, ils se basent sur les réponses faites par les mères d'enfants à 9 et 15 mois.

    A cet âge là, un enfant en bonne santé, allaité ou pas, ne mange pas la nuit. Alors comment veux-tu en tirer une quelconque analyse? Tu veux bien creuser un peu, bon docteur ? Les mères allaitantes à 15 mois mettent l'enfant au sein pour le calmer, c'est pour ça? Ou pas? T'as posé la question ?

    Cet article est déjà un peu long, donc je ne vais pas en rajouter sur le fait que toutes les données n'ont pas été analysées, que la conclusion graphique de l'étude se résume en un pauvre graphe unique (et perturbant : les enfants qui dorment bien dorment de moins en moins bien?), sur le fait que l'étude dit pudiquement que les petites maladies de la petite enfance (otites, gastro, rhino) peuvent altérer le sommeil (tu m'étonnes Jean-Paul... ), sans isoler le facteur. C'est moins important que l'allaitement ou le fait que tu sois trop sensible. Et surtout moins culpabilisant ?

     

    PS : Si toi aussi tu veux lire gratuitement cette étude (en anglais, hein, Monique, pousse pas le bouchon trop loin), voilà :

    Télécharger « mod_article65416123_50f7e38fe3dc0.pdf »

     Et si tu veux avoir un point de vue contraire sur le sujet :

    http://www.psychologytoday.com/blog/moral-landscapes/201112/dangers-crying-it-out

     

    « Cliché honteuxLa guerre du cheveu »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Janvier 2013 à 12:59

    Je vais aller lire l'article du huffington post de ce pas. Je suis étonnée car je pensais que la tendance actuelle était de ne plus trop laisser pleurer les enfants. J'avais lu que de les laisser pleurer pouvait justement provoquer des problèmes du sommeil par la suite. Y a tellement d'avis différents... Je crois qu'il faut faire ce que nous dicte notre instinct. Pour ce qui est de la culpabilisation de la mère, ça on ne peut pas y échapper, quelque soit le sujet c'est toujours de notre faute. Faut qu'on se blinde.

    2
    quedubonheur Profil de quedubonheur
    Mardi 29 Janvier 2013 à 13:51

    Les conclusions de l'étude sont en effet assez à contre-courant.

    3
    camillebd
    Lundi 22 Avril 2013 à 12:49

    Ce billet a quelques mois, mais j'ai atterri dessus par le biais des Vendredis Intellos.

    Je me permets de réagir à ton "A cet âge là [9 à 15 mois], un enfant en bonne santé, allaité ou pas, ne mange pas la nuit."

    Peux-tu clarifier dans quel sens tu écris ça ? Veux-tu dire que normalement il ne devrait plus avoir besoin de manger la nuit ? Que normalement il aurait dû y renoncer tout seul ? Ou qu'on aurait dû l'habituer à ne plus le faire, et si oui, en s'y prenant comment ?

    Je te pose la question parce que mon fils, 11 mois et "encore" allaité, n'est sevré la nuit que depuis dix jours, et c'est uniquement parce que je l'y ai fortement invité en tâchant de le rendormir par d'autres moyens quand il se réveille, ce qui prend parfois jusqu'à 1h ou même 1h30.

    Si je n'avais pas fait cette démarche -- un peu pénible pour tout le monde mais entreprise dans l'espoir qu'il se réveille moins souvent une fois qu'il aura pris le pli -- il continuerait je pense de se réveiller 2 ou 3 fois la nuit en réclamant le sein pour boire et se rendormir.

    Et pour être en contact avec pas mal de mères qui allaitent au moyen ou long cours, les tétées nocturnes sont la norme plutôt que l'exception -- ce sont d'ailleurs ces tétées-là qui sont dit-on les plus nutritives pour le bébé (pas de distraction et lait plus gras) et qui entretiennent le mieux la lactaction (une histoire de prolactine plus "efficace" aux petites heures de la nuit).

    Bref, je voulais avoir ton avis là-dessus si tu as un moment !

     

    4
    quedubonheur Profil de quedubonheur
    Vendredi 26 Avril 2013 à 15:07

    Quelle réaction intéressante !! Merci.

    Je me basais sur ce que j'ai retenu de beaucoup de discussions ou de lectures, à savoir qu'un bébé de 4 mois fait en général des nuits complètes sans manger. Autre version, qu'un bébé de 5 kilos dispose d'une assimilation de la nourriture suffisamment mature pour passer la nuit sans manger.

    Mon avis était catégorique, navrée pour cette phrase !! Ton enfant a l'air en très bonne santé et pour autant : il réclamait la nuit ;)

    Je ne suis pas une maman allaitante au long cours, et mon allaitement n'était pas standard, car ma fille ne prenait pas le sein. Donc je tirais mon lait et je lui donnais au biberon. Et j'ai été surprise de constater que quelque soit la nature du biberon du soir (lait maternel ou lait artificiel) ma fille ne changeait absolument pas la durée de son sommeil. Elle a fait ses nuits à 2 mois et n'a plus jamais demandé de biberon la nuit, sauf peut-être une fois ou deux pour cause de gastro.

    Je ne peux donc absolument pas te donner un avis éclairé sur les réveils nocturnes liés à un allaitement long. Il me semblait que les enfants étaient capables à partir de 4 mois en général de passer les nuits sans manger.

    Autour de moi, les mères allaitantes au long cours ne donnent pas plus le sein la nuit que moi le biberon. Sauf pour calmer, pour hydrater en cas de fièvre, mais pas spécialement pour manger.

    Je suis surprise que le lait soit plus gras dans les têtées de nuit, car je pensais que c'était le lait de fin de têtée qui était plus gras, sans distinction de quelle têtée.

    Peut-être que ton fils a effectivement faim (le métabolisme est différent selon chaque enfant), peut-être a-t-il besoin de plus de calories le soir, peut-être a-t-il besoin de contact (la garde en journée, la reprise du travail, d'autres facteurs peuvent influencer!), peut-être a-t-il besoin d'autre chose? Peut-être ne sait-il pas se rendormir seul ?

    Suis ton instinct... et explique ce que tu ressens et ce que tu souhaites à ton fils !

    5
    camillebd
    Mardi 30 Avril 2013 à 15:36

    Merci pour ta réponse ! Ca fait maintenant trois semaines que mon fils est sevré la nuit, et il a l'air de s'y faire. Il y a encore des réveils réguliers au milieu de la nuit, mais soit il arrive à se rendormir seul, soit le trio câlin-biberon d'eau-chanson en vient à bout. :)

    Je pense que la difficulté quand on allaite, c'est que c'est diablement efficace pour rendormir un bébé, et donc quand on est épuisé, on a tendance à opter pour cette solution de facilité, qui finalement maintient le bébé dans un rythme dont il peut mettre du temps à sortir tout seul. Il finirait par le faire ("à quinze ans etc."), mais pas forcément aussi tôt qu'on le voudrait.

    Au sujet du lait maternel, il est effectivement différent du début à la fin d'une tétée, mais aussi selon les moments de la journée. Il semblerait d'ailleurs que le lait du matin soit "énergisant" et le lait du soir et de la nuit "apaisant". D'où la recommandation, si on tire son lait, de noter l'heure de "tirage" pour le donner au bébé -- dans la mesure du possible -- plus ou moins à la même heure.

    6
    quedubonheur Profil de quedubonheur
    Vendredi 3 Mai 2013 à 09:02

    Je suis ravie que ton fils aie commencé à faire ses nuits (ou presque).

    Effectivement, le fait de ne pas pouvoir (r)endormir ma fille au sein m'a obligée et l'a obligée sans doute à trouver des solutions alternatives pour l'endormir.

    Je m'étais en effet posé la question je me rappelle, de si le lait tiré en fin de matinée (et contenant potentiellement de la caféine, par exemple) n'était pas plus énergisant que le lait tiré le soir. Mais je n'ai jamais vu de différence non plus. Intéressant !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :